Qu’est-ce qu’être un homme ? Comment assumer sa virilité dans une société en quête de parité ? Sommes-nous faits pour vivre ensemble ? La philosophe Cynthia Fleury et le chanteur Jean-Louis Murat tentent d’y répondre, dans un échange croisé vif et détonant pour MadameFigaro.fr
A l’aube de notre nouvelle présentation Mister H sur la masculinité, nous avons souhaité revenir sur certains passages de cet article. En effet, bien que le propos de notre étude soit différent, certains enseignements semblent converger.
Ainsi, les hommes se définissent comme simples, vrais. Ils ne se retrouvent pas dans les figures d’hommes trop asexuées, voire féminisées, proposées par les médias ou la publicité ; ils en sont même lassés. Par ailleurs, à l’instar d’un nouveau féminisme, plus cordial, qui semble se mettre en place, les hommes ont pour nouveau défi d’être eux-mêmes, en affirmant leur virilité !

Morceaux choisis…
Etre un homme en 2011…
JLM« La réponse la plus médiatique serait de dire que les hommes sont des femmes comme les autres […] qu’un vrai homme est celui qui laisse affleurer sa sensibilité féminine. Je n’y crois plus, c’est un baratin publicitaire qui lasse. »

 

Assumer sa féminité, une banalité ?
CF –
« C’est étonnant, la rémanence de cette volonté de rendre homogène la vision de l’homme ou de la femme […] Il y a des hommes qui classiquement défendent une posture ‘viriliste’, d’autres, au contraire, qui essaient d’être multitâches comme les femmes. »

 

Caractéristiques et valeurs masculines…
JLM –
« Je suis assez simple. Je ne vais pas appliquer mon fonctionnement au reste des hommes. En famille, je constate juste que mon petit garçon aime les courses automobiles, les motos et les revolvers, alors que sa sœur dorlote ses poupées. Moi, je m’occupe du ménage, alors que madame bêche le jardin. Notre télé n’est jamais allumée. Nos enfants ne connaissent pas la grande ville. Nous ne formulons aucun code particulier. Quel est ce mimétisme ? C’est mystérieux. Il y en a marre de la vision bébête des féministes avec leurs dominants/dominés. Je ne pense pas que cette grille de lecture soit valable de nos jours dans notre vieille Europe. »

 

Le féminisme aujourd’hui…
CF –
« Il y a un nouvel acte mixte du féminisme à mettre en place. Beaucoup de féministes de l’ancienne génération se plaignent, plus ou moins à juste titre, que la nouvelle génération n’a pas assumé la suite du combat féministe. Je crois simplement que la jeune génération cherche à construire un féminisme d’alliance plutôt que de conflit. »

 

Un acte courageux pour un homme ?
CF –
« C’est tenter de faire un avec soi, le soi n’étant pas le moi, au risque de faire rupture avec l’autre, mais en réalité pour mieux faire lien avec lui. L’enjeu n’est pas de faire rupture mais de créer une alliance digne. En résumé, impératifs de résistance et d’invention.« 

 

« L’acte le plus courageux, c’est d’être soi-même. » – JLM
Share