Face à leur assiette, les hommes et les femmes agissent différemment. Les femmes font plus attention à l’équilibre alimentaire, avec pour conséquence un taux d’obésité plus faible que celui des hommes… mais également des troubles alimentaires bien plus fréquents, alors que le rapport de l’homme aux repas est plus souvent celui du pur plaisir.


Source : Marketing Book Masculin-Féminin, TNS Sofres

 

 

La préoccupation d’avoir une alimentation équilibrée est bien plus marquée chez les femmes, et arrive plus tôt. Les hommes consomment en moyenne 40% moins de fruits et légumes que leurs congénères. Il s’agit en réalité d’une véritable différence de conception : pour les femmes, l’alimentation doit être saine et contenir tous les éléments nécessaires à une bonne santé ; pour les hommes, il s’agit avant tout de tirer les calories essentielles pour être rassasiés – ils privilégient donc les aliments nourrissants, comme la viande ou les féculents. Conséquence, la ration alimentaire moyenne est supérieure de 13% chez les hommes.

16% des hommes, contre un tiers des femmes, déclare suivre au moins un régime par an. Il s’agit le plus souvent d’une décision personnelle pour les femmes, en raison d’un poids qu’elles jugent excessif, alors que la moitié des hommes qui se mettent au régime ne s’y contraignent que suite à une décision médicale. Faire un régime est, pour les femmes, un test de volonté et une cause de fierté, alors qu’il ne s’agit que d’une contrainte pour les hommes. Conséquence, plus de 6% des femmes affichent un poids insuffisant… Mais globalement, les femmes sont en meilleure forme physique passé la trentaine : elles sont 74% à avoir un poids normal entre 35 et 75 ans, contre seulement 48% des hommes !

Le rapport aux repas ne diffère pas seulement sur le plan des apports nutritionnels. Les hommes grignotent peu en dehors des repas : seuls 40.7% mangent en dehors des 3 repas principaux de la journée, contre 51% des femmes. Pourtant, les hommes consacrent en moyenne 132 mn à se nourrir dans la journée, contre 107 seulement pour les femmes. Cela s’explique par deux raisons principales : d’une part, les hommes font généralement des repas plus complets, composés de 3 plats au moins, alors qu’il est fréquent pour les femmes de n’avaler qu’un plat et un fruit ou laitage. D’autre part, les hommes aiment profiter de ce temps pour se détendre et faire une véritable coupure dans leur journée, alors que les femmes continuent souvent à faire une autre activité en mangeant (télévision, lecture, téléphone…) et expédient leur repas plus rapidement pour pouvoir se remettre pleinement à leur activité.

Les hommes déjeunent aussi plus souvent en dehors de chez eux : seuls 63% de leurs repas sont pris à domicile, contre 73% de ceux des femmes. Par contre, si la cuisine reste une activité majoritairement féminine, de plus en plus d’hommes déclarent apprécier cuisiner, au moins occasionnellement. Si 60% disent qu’il s’agit d’une obligation de préparer le repas, 82% associent cette occupation à la convivialité et 48% à l’hédonisme, des pourcentages similaires étant observés chez les femmes. En France, quel que soit le sexe, les repas restent donc un moment de partage et de plaisir considéré comme un ciment essentiel de la famille ou du couple…

Share