[COQUETTERIE]
Nom Féminin
Souci de se faire valoir de façon délicate , de plaire aux personnes de l’autre sexe , goût de la toilette…
Source : Le Petit Robert

Voilà en quelques mots, la définition de la coquetterie telle qu’il est possible de la trouver de nos jours .
Le mot « coquetterie », se dit le plus souvent des femmes , précisent également certains  dictionnaires.
Un paradoxe qui se révèle étonnant lorsque l’on découvre l’origine étymologique du mot, nous renvoyant au cri du coq, autrement dit le mâle par excellence.

Dans son ouvrage intitulé « Histoire de la Coquetterie Masculine», Jean Claude Boulogne définit la coquetterie comme « la recherche de l’originalité à travers un objet permettant de se différencier des autres ». L’auteur explique également dans son œuvre que la coquetterie n’est pas une pratique uniquement féminine, mais peut également se rapporter aux hommes se souciant de leurs apparences.

Afin d’étayer son idée selon laquelle la coquetterie est aussi masculine que féminine mais également dans le but de définir un cadre précis au lecteur, Jean Claude Boulogne nous détaille ainsi tout au long de son œuvre 3 types de coquetteries :
-La coquetterie d’apparence « qui cherche à plaire sans se donner » et qui fait suite à ses deux précédents ouvrages « L’histoire de la conquête amoureuse » et « L’histoire de la pudeur »
-La coquetterie de séduction qui est ici l’objet de l’étude, à savoir la coquetterie par l’acquisition d’objets originaux.
-La coquetterie de comportement que l’on pourrait qualifier d’hypocrisie, mais que l’auteur semble au contraire trouver « touchante » et « sincère ».

A travers cet ouvrage illustré de nombreuses références, Jean Claude Boulogne nous retrace donc l’histoire de la coquetterie qu’il qualifie volontairement comme « l’usage d’artifice jusqu’à l’excès » et nous démontre que la coquetterie se conjugue historiquement au féminin comme au masculin.

Les hommes sont donc aussi coquets que les femmes ?

 

Share